Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Voir le monde en interaction

  • logo-enssib.jpg
Vous êtes ici : Accueil / Agenda / Séminaires / L'usage du temps

L'usage du temps

Des usages du temps dans les sciences et les arts.
Quand ? Le 27/03/2017,
de 09:00 à 15:00
Où ? Salle 207 de l'IXXI - ENS de Lyon
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal
L’IXXI co-organise avec l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles une rencontre entre scientifiques, sans limite de discipline, et artistes autour de l'usage du temps et de l’espace.L’objectif est de confronter les problématiques, conceptuelles ou visuelles, des théories aux pratiques, dans des perspectives épistémologiques ou esthétiques. 
 
Il s'agit de penser les différents usages que nous faisons de notre temps, à titre personnel autant que professionnel. Il conviendrait d'ailleurs d'interroger la différence qui est faite entre les deux, entre le temps de travail et le temps dit libre. Comment l'emploi du temps détermine-t-il des écarts, des aller-retours, des définitions. L'idée par exemple d'un temps commun, l'idée que mon temps puisse être employé à des fins qui me sont extérieures, à travers les notions d'efficacité, d'objectifs, de rentabilité.
 
Dans ce dispositif particulier, nous employons une quantité considérable d'outils et d'objets qui compliquent la tâche des enquêteurs. L'argent dont on dit qu'il est du temps, mais dont la conversion n'est en rien évidente. La photographie dont la capacité à figer le temps reste relative, puisque comme le souligne Auguste Rodin,"...dans la réalité, le temps ne s'arrête pas". In fine, la possibilité d'une synchronie, celle par exemple de la pensée bouddhiste dans le temps de la méditation et l'expérience d'un arrêt du temps par une exacte coïncidence avec le rythme des choses. L'asynchronie, expérience plus commune et qui pose une multitude de problèmes quant à notre occupation du temps, une multitude de retards et de temporalités fragmentées qui nous renvoient à la tension constante entre le temps que nous expérimentons et les versions alternative que chacun élabore pour son propre usage. S'y ajoute d'autres formes qui sont celle de la boucle ou de la répétition.
 
Le projet vise à esquisser un modèle d'usage, comme une sorte de manuel où converge les propositions issues de différents champs :
  • L'art et les propositions diverses qui emploient le temps et son usage comme matière première.
  • La science en ce qu'elle peut prendre le temps comme objet, mais aussi en ce que les définitions qu'elle en donne détermine ses usages dans la société. 
  • La philosophie en ce qu'elle peut prendre le temps comme objet, mais aussi en ce que les définitions qu'elle en donne détermine ses usages dans la société. 
  • La religion en ce qu'elle peut prendre le temps comme objet, mais aussi en ce que les définitions qu'elle en donne détermine ses usages dans la société. 
  • L'économie et la politique en ce qu'elles distribuent, valorisent et régissent d'importants volumes temporels.
  • L'anthropologie en ce qu'elle produit différentes perspectives sur la manière dont le temps s'élabore selon les structures sociales qui l’envisagent.
 
Participants : 
 
ENSP, Arles : 
  • Nicolas Giraud
  • Marie Constant
  • Mathilde Vieille-Grisard
  • Isabelle Ha Eav
  • Julie Hrnčířová
  • Jiayun Deng
  • Lucie Liaboeuf
  • Thomas Jezekel
 
IXXI, Lyon :
  • Jean-Sylvestre Bergé, droit
  • Pierre Borgnat, traitement du signal
  • Stéphane Grumbach, informatique
  • Pablo Jensen, physique
  • Claire Lesieur, biologie
  • Patrick Flandrin, traitement du signal