Skip to content. | Skip to navigation

Personal tools

Sections

Consider the world interacting

  • Logo CNRS
  • Logo ENSL
  • logo-enssib.jpg
You are here: Home / Agenda / Seminars / Journée IXXI - 14 novembre

Journée IXXI - 14 novembre

error while rendering collective.contentleadimage.full
When Nov 14, 2023
from 09:30 to 05:30
Where ENS Lyon, Amphi Descartes
Add event to calendar vCal
iCal

 

 

INSCRIPTION

 

Il sera également possible de suivre la journée en ligne, à cette adresse

 

Programme

Matinée

La matinée de l'IXXI sera consacrée à la thématique de l'écriture et à sa mise en perspective par des experts des sciences sociales et de la philosophie.

Les deux dimensions de l'écriture, technique et sociale, seront abordées ainsi que la complexité de leurs interactions. Ce qui nous invitera à faire le constat de nos croyances et catégories sur les notions de pensée, de calcul, d'intelligence.
Et pourra nous inviter à renouer avec ce qui définit l'humain, avec ses conditionnements, ses éclairs de génie, ses prothèses, à la fois de façon universelle et en prise totale avec le contemporain.

9h00 Accueil

9h30 Eric Guichard (Enssib) et Jean-Philippe Magué (ENS de Lyon) : Ouverture

10h Jean Lassègue, Dr Cnrs, centre Georg Simmel, Ehess. 
La conjonction du formel et du statistique, nouveau défi pour la construction du sens.

Clarisse Herrenschmidt a montré que l’informatique apparaissait, sur le temps long de l’histoire, comme la dernière étape de l’écriture en Occident (Herrenschmidt 2007). Cette histoire se poursuit, comme les derniers logiciels développés par l’intelligence artificielle générative le montrent. 
Il y a deux façons de concevoir les marques graphiques de l’écriture informatique selon qu’il est possible de les concaténer de façon absolument déterministe ou selon que leur concaténation s’opère de façon seulement statistique. Nous détaillerons ces deux approches et leurs limites, qui ne se superposent pas; mais on peut néanmoins les rapprocher par l’intermédiaire des modèles informatiques d’apprentissage (Valiant 2013). 
C’est ce rapport formel et statistique qui pose socialement problème, parce que nous ne vivons pas du tout notre rapport au monde sur le mode de la conjonction du formel et du statistique. Ce que nous commenterons, en termes historiques et anthropologiques. 

10h45 Marcello Vitali-Rosati, Pr à l'Université de Montréal, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques. 
Écriture, sens et matière.

En suivant l'interprétation courante du Phèdre de Platon, on pourrait penser l'écriture comme la représentation matérielle du sens. Une représentation, une imitation du sens dans laquelle il n'y a pas de sens, car ce dernier serait ailleurs, immatériel, transcendant. L'écriture serait du côté de la trivialité, l'incarnation neutre - même si nécessaire - d'une pensée qui aspire à rester désincarnée. Et si on renversait ce paradigme? Et si - comme le suggère Karen Barad - la matière était sens (matter matters)? Dans ma présentation, je vais prendre au sérieux cette possibilité et ses implications profondes sur ce qu'est le sens, l'intentionnalité et, de manière plus radicale, sur ce qu'est l'humain.

 

11h30 Pause

11h45 Clarisse Herrenschmidt, chercheuse émérite Cnrs (Laboratoire d'anthropologie sociale, Collège de France)
Synthèse et critique des Trois Écritures.

Je vais tout d'abord dérouler la thèse de mon livre de 2007, à savoir ce que sont ces trois écritures. Puis, en portant un regard critique sur moi-même, je reviendrai sur sa partie la plus novatrice et la plus fragile: l’écriture monétaire arithmétique.

12h30 Débat final

13h00 Buffet

Après-midi

 

L'après-midi sera marqué par la présentation de projets soutenus par l'IXXI.

14h30 Jean-Philippe Magué (ENS de Lyon) : présentation de l'IXXI 

15h00 Mylène Pardoen (CNRS - Maison des Sciences de l'Homme Lyon - St Etienne)
Étude et analyse sensorielle des métiers du patrimoine historique (bâti et artisanat d’art) et leur restitution sonore et sauvegarde numérique

ESPHAISTOSS est un projet de recherche expérimental. Il vise à étudier, analyser, comprendre les gestes artisanaux par le biais de la sensorialité, en vue d’enrichir les modes de transmission. Leur captation sonore offre l’opportunité d’établir des analyses fines en distinguant geste et matière, mais également les différents éléments mécaniques d’une machine ou d’un outil. Il associe cette étude à l’expérimentation de diffusion sonore spatialisée englobante s’appuyant sur la technologie du WFS (Wave Field Synthesis ou synthèse de champ sonore) et sur la restitution d’objets sonores complexes (paysage sonore, mécanique...). S’appuyant sur l’expertise acquise dans le cadre de l’archéologie du paysage sonore et ses restitutions, cette recherche doit permettre de maitriser la totalité de la chaîne de production (de la captation à la diffusion) pour proposer des modèles audibles à destination de tout public (tant la recherche que grand public, en passant par les secteurs de la formation).
Elle entre autant dans le cadre de l’acoustique (et ses phénomènes associés) que dans le cadre de l’archéologie du paysage sonore et de la patrimonialisation culturelle immatérielle par les cibles visées : gestes patrimoniaux, outils et machines et leur mise en œuvre.

15h40 Anne-Magali Seydoux-Guillaume (CNRS - LGL-TPE) et Etienne Pageault
Du minéral au pigment
: donner à lire les processus géologiques par le rapprochement d’approches expérimentales scientifiques et artistiques

Notre recherche porte sur les phénomènes de formation et transformation géologiques. Comment donner à lire ces processus se déroulant sur des échelles de temps et d’espace échappant à la perception humaine ? Le géologue observe le modelé des formes du présent et propose une interprétation des mouvements antérieurs. La minéralogiste transforme puis étudie à l’échelle nanométrique des lames de roche extra minces pour rejouer en laboratoire des perturbations intenses du passé. L’artiste met en scène ces mouvements lents du monde dans le temps d’une performance graphique, travaillant le grain des pigments à l’image des minéraux pour s’approcher en acte des logiques de flux qui structure la matière.
Nous souhaitons faire converger ces approches. Mettre en mouvement le paysage figé de la roche, rapprocher la macroscopie de la microscopie, et les représentations trop cloisonnées des mondes scientifiques et artistiques. La recherche portera sur la sélection d’échantillons, la médiation artistique d’imageries scientifiques (fixe, en mouvement, à partir des lames minces et clichés nanoscopiques) et la conception de dispositifs de dessin performatifs (travail en direct des flux à grande échelle).
La restitution de cette expérience prendra la forme d’une exposition immersive, et de performances live intégrant différents médias. Nous souhaitons valoriser à cette occasion l’émulation de la recherche au sein des laboratoires de la Région (LGL-TPE, Lyon/Saint-Etienne), et de la scène artistique locale (Ateliers d’Arts Visuels de la Ville de Saint-Etienne), ainsi que les performances de l’imagerie technique du territoire (MEB, MET) et les savoir-faire manuels de métiers rares de la recherche (lithopréparateurs).

16h20  pause

16h35 Alexandre Nicolas (CNRS - Institut Lumière Matière)

Étude des perturbations dans la circulation urbaine sous l'angle de la physique statistique 

Transport et mobilité jouent un rôle crucial à l'échelle des villes. L'étude de la vulnérabilité de ces systèmes s'est jusqu'ici focalisée sur des incidents majeurs paralysant des nœuds ou arêtes du réseau, mais a délaissé l'examen plus local de l'impact de perturbations partielles. Quels délais et détours sont engendrés par un véhicule en arrêt temporaire sur la voirie, ou encore par les véhicules en recherche de stationnement ou manœuvrant pour se garer ? Nous proposons d'étudier ces questions sous l'angle conceptuel de la physique statistique, en couplant avancées théorico-numériques et recueil de données de terrain.

17h15 - 17h30 cloture