Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Voir le monde en interaction

  • logo-enssib.jpg
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Recherche Doctorant - Systèmes Complexes - Science des Réseaux

Recherche Doctorant - Systèmes Complexes - Science des Réseaux

Les laboratoires FRAMESPA (http://framespa.univ-tlse2.fr/) et IRIT (http://www.irit.fr) recherchent un doctorant pour une thèse sur La Dynamique des Parties Non-Denses des Réseaux Complexes. 

La thèse s’inscrit dans le cadre de l’Institut des Systèmes Complexes de Toulouse (ISCT) (http://www.isc-t.fr/) et est financée pendant 3 ans par l’Université de Toulouse.

Contacts: Frédéric Amblard, <frederic.amblard@ut-capitole.fr> et Bertrand Jouve <jouve@univ-tlse2.fr>

Voir l'offre complète

Le terme de « réseau » désigne un système d’interactions entre entités (personnes, animaux, neurones, gènes, entreprises, …) qui admet une représentation mathématique abstraite sous forme de graphe : les entités correspondent aux sommets du graphe et les interactions ou les relations aux arêtes. De nombreuses recherches ont consisté à préciser les propriétés partagées par les grands réseaux que l’on rencontre en pratique afin élaborer et par la suite d’améliorer les modèles génériques. Ces recherches de régularités et de lois d’évolutions, caractéristiques de la physique et des sciences de la nature, ont été largement portées par les chercheurs de ces domaines.
Il est cependant maintenant largement convenu que ces propriétés topologiques partagées ne sont pas suffisantes pour expliquer la diversité et la complexité des architectures des réseaux réels rencontrés. La dynamique et la structure multi-échelles de ces réseaux sont des caractéristiques au fondement même de ces architectures. Une approche possible pour capturer la structure multi-échelles peut consister à identifier les petits mondes qui correspondent souvent à des sous-parties denses en connexion (recouvrantes ou non) du réseau (appelées aussi « communautés ») et à étudier le réseau mésoscopique d’assemblage de ces communautés et sa dynamique. Voire d’étudier ensuite séparément chacune de ces communautés.
L’objet de cette thèse est de compléter ces outils de modélisation réseau en prenant le contre-pied de cette approche par communautés et en considérant que les parties non-denses d’un réseau sont aussi des éléments structurants de son organisation. Cette posture rejoint en sociologie des réseaux celle de l’importance des trous structuraux de Burt [5] qui jusqu’à aujourd’hui n’est pas implémentée dans des modèles formels de réseaux sociaux. L’objectif sera de montrer que des études hybrides basées à la fois sur des parties denses et non denses permettent des avancées qualitative et quantitative dans la description des réseaux complexes et de leurs dynamiques, et in fine de proposer des modèles génératifs plus réalistes basés sur ces deux dimensions.
Plus de détails sur le sujet sont exposés dans le fichier joint.

Profil recherché

- Un Master en Mathématique Appliquées ou/et Informatique ou assimilable. 
- D’excellents résultats, en particulier à des matières liées à la Théorie de Graphes, l’Analyse des Réseaux Sociaux ou la Science des Réseaux en général. 
- Un intérêt pour la recherche, l'interdisciplinarité et la capacité à la fois à être autonome et à travailler en équipe. 

Procédures et date limite pour les candidatures

Les candidats doivent envoyer leur CV, relevés de notes, deux lettres de recommandations, les preuves de leur capacité à écrire (article ou rapport), une lettre de motivation pour cette thèse à Frédéric Amblard (frederic.amblard@ut-capitole.fr) et Bertrand Jouve (jouve@univ-tlse2.fr)

La date limite pour candidater est le 24 Juin, 2016

Une première sélection sera réalisée à partir des dossiers avant une audition des candidats sélectionnés.